Université du temps libre de Haute MayenneUniversité du temps libre de Haute Mayenne

Université du temps libre de Haute mayenne

PRÉSENTATION DES CONFÉRENCES

  • 1 - Un marin célèbre : le capitaine Haddock.

Le capitaine Haddock fait son entrée dans l’univers de Tintin dans Le Crabe aux Pinces d’Or, la neuvième aventure du célèbre reporter dont la première planche est publiée le 2 janvier 1941 dans Le Soir jeunesse, supplément du quotidien belge Le Soir paraissant le jeudi.

Jusqu’à l’invasion de la Belgique par l’armée allemande, les aventures de Tintin étaient publiées dans Le Petit Vingtième, le supplément pour la jeunesse d’un autre quotidien Le Vingtième siècle qui, lui, a choisi de cesser de paraître.

Jusque-là Hergé, le créateur de Tintin, trouvait dans l’actualité de l’entre-deux-guerres les arguments qui ont fait de son reporter un globe-trotter. Or Le Soir est passé sous le contrôle de l’occupant, et donc soumis à sa censure. Aussi Hergé décide d’envoyer Tintin sur la mer, lieu mythique de la liberté. Et sur la mer, on s’expose à rencontrer des marins, parmi lesquels le plus tempétueux d’entre eux : le capitaine Haddock.

Dorénavant, dans les aventures de Tintin, les personnages seront le moteur de l’histoire : le capitaine Haddock, qui sera de toutes les aventures à venir, le professeur Tournesol, la Castafiore, Tchang..., Hergé étoffant, au fil des quatorze albums qui suivront, sa « comédie humaine ».

  • 2 - L’humour c’est du sérieux !

L’humour fait débat. Le comique, le satirique, la bouffonnerie, le sarcasme relèvent-ils de cette catégorie ? Les amuseurs publics, les « humoristes » qui s’en réclament et l’identifient à une manifestation de la liberté d’expression ne commettent-ils pas une usurpation ? Car l’humour ne fait pas nécessairement rire. Il lui suffit de faire sourire et c’est déjà beaucoup. Mais au fond, qu’est-ce que cet humour, respiration de l’existence aussi indispensable à l’équilibre que bienvenu par le charme qu’il introduit dans les relations sociales ? De quoi parle-t-on, au juste ? Et pourquoi cette disposition si naturelle, chez la plupart, à « humoriser » ?

Et si l’humour était aussi, une chose sérieuse, un art de vivre ? 

  • 3 - Les tirailleurs sénégalais dans la guerre 1939-45 : du camp de prisonniers de Rennes au massacre de Thiaroye (Sénégal).

Qui sont les tirailleurs sénégalais qui ont combattu dans l’armée française durant la 2e Guerre mondiale ? Après la défaite de 1940, faits prisonniers ils sont entassés dans des camps en France. Rennes a abrité l’un des plus grands camps allemands de soldats prisonniers français issus des colonies. Des Rennais ont montré une solidarité, notamment des marraines de guerre, cette conférence en témoigne. Or aujourd’hui l’existence de ce camp, Frontstalag, est effacée de la mémoire collective rennaise, nul monument, nulle plaque commémorative ou musée n’y font référence.

A la Libération de Rennes en 1944, les soldats « indigènes » sont rapidement renvoyés chez eux. Les Africains sont acheminés par bateau au camp de Thiaroye à Dakar, sans avoir touché l’intégralité de leurs indemnités. En réponse à leur réclamation, ils y subissent une fusillade le 1er décembre 1944. Ce massacre prémédité est maquillé en mutinerie et le nombre des victimes caché. Lors d’un procès truqué, plusieurs survivants seront condamnés pour rébellion.

  • 4 - L’égalité femmes-hommes et les droits des femmes”

Pas un jour -ou presque- que ces sujets ne soient abordés par les médias et souvent sous un angle dramatique ou douloureux. La conférence - à deux voix- qui vous est proposée prendra de la hauteur sur ce sujet mais sans quitter le terrain, le local.

Noura KIHAL-FLEGEAU, Sous-préfète de Mayenne et Sophie PASQUET, Déléguée Départementale aux droits des femmes et à l'égalité aborderont, entre autres les politiques mises en œuvre en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, de lutte contre les discriminations, les inégalités ou même les violences faites aux femmes. Nul doute que les échanges qui suivront, devraient être riches des réactions de nos adhérentes et adhérents.

  • 5 - L’Islande : terre de feu et de glace.

L'Islande est une vaste île (350 km environ x 510 km), au milieu de l'océan Atlantique Nord. Elle correspond à la partie émergée d'une gigantesque chaîne de montagnes sous-marine longue de 15 000 kilomètres environ qui sépare l'océan Atlantique du Nord au Sud. Elle correspond à l'écartement des plaques européenne et nord-américaine à la vitesse moyenne de deux centimètres par an. Cet écartement provoque de nombreux séismes, mais de très faible intensité et un volcanisme important. La dernière spécificité de l'Islande est sa position juste au sud du cercle polaire arctique, ce qui induit la présence de glaciers dont la superficie a varié considérablement au cours des temps géologiques et qui ont participé activement au façonnage de la morphologie de l'île.

  • 6 - Parole de singe.

Écoutez ce cri de singe ! Il signifie quelque chose. Nos cousins primates ne parlent pas, mais leur communication est complexe. Cris de contacts, alarmes, utilisation de suffixes, combinaison de sons : l'étude de la protosyntaxe des singes permet de comprendre la naissance du langage humain. Certes, nous savons, depuis les premiers travaux sur l’apprentissage du langage humain aux grands singes, que nos cousins primates peuvent comprendre des phrases complexes et construire des phrases par l’intermédiaire de claviers d’ordinateur, comme Kanzi, le bonobo étudié par Sue Savage-Rumbaugh, ou de gestes signés, comme Koko, le gorille étudié par Penny Patterson. Mais qu’en est-il du singe en contexte naturel, utilise-t-il de manière spontanée une forme primitive de syntaxe ?

  • 7 - La Syrie : histoire, communautés, patrimoine, témoignage.

Le témoignage d’un syrien, arabe, chrétien, qui a quitté son pays après l’assassinat de sa fille.

La Syrie est à !a frontière de deux espaces culturels antithétiques : l'espace occidental par sa façade méditerranéenne, l'espace oriental par son ouverture sur le Proche-Orient asiatique.

De cette situation centrale, la Syrie a connu une histoire très mouvementée. Elle a souvent dû ployer sous la pression et l'influence d'autres peuples.

La Syrie abrite un patrimoine culturel de plus de 5000 ans. Elle s'enorgueillit de posséder les plus anciens centres urbains qui furent habités sans interruption.

  • 8 - Comment devient-on pauvre en France en 2019 ?

En France, le plus souvent, on ne devient pas pauvre, mais on est pauvre dès la naissance, et l’on ne peut guère sortir facilement de cette situation.

Mais les accidents de la vie, les ruptures familiales, la perte d’un emploi, souvent du fait des mutations économiques, liées à la mondialisation, l’irruption du numérique, mais aussi, les origines « ethniques », la localisation géographique qui provoque l’isolement, l’arrivée du grand âge, conduisent à des situations économiques de pauvreté.

Cependant, la pauvreté n’est pas uniquement matérielle et financière. Il y a de plus en plus de pauvreté de relations sociales, de pauvretés spirituelles et culturelles, qui, combinées ou non à des facteurs externes font qu’il est impossible de sortir du cercle vicieux de la pauvreté

  • 9 - Démarche éthique et enjeux de bioéthiques contemporains : regard d’un philosophe de l’Espace de Réflexion Ethique des Pays de la Loire (EREPL) 

Cette conférence vise à présenter les Espaces de Réflexion Ethique Régionaux, organismes publics visant à soutenir et accompagner la réflexion éthique pour les professionnels et les citoyens de la région. Cette conférence vise également à présenter les grands repères de la démarche éthique contemporaine : en quoi consiste une démarche de réflexion éthique ? Quels principes ? Quels repères ? Quelle méthode ?

La conférence détaillera ensuite quelques-uns des enjeux éthiques les plus récurrents dans le soin et l’accompagnement aujourd’hui (dilemmes entre le devoir de protection et le devoir de respect de l’intimité et des libertés individuelles) puis exposera quelques-uns des grands enjeux de bioéthiques contemporains : les critères d’accès pour l’assistance médical à la procréation, impact de l’intelligence artificielle sur la société, impact de la recherche en génétique,

  • 10 - La liberté d’expression(s) en 2021, vue par des Lycéens à Mayenne.

Régulièrement depuis 2015, et souvent à l’occasion d’évènements dramatiques, la question de la liberté d’expression revient dans l’actualité et le débat, associée et confondue avec d’autres libertés : de pensée, de conscience, de presse… Sujet particulièrement complexe, ancien et permanent, traversé de stéréotypes parfois, variant selon les milieux, les histoires communes, et logiquement vécu de façon contrastée et générationnelle.

Plutôt que de rechercher un ou une intervenant sur une « Histoire » des libertés d’expression, nous avons préféré proposer donner la parole à des jeunes, lycéens de Mayenne sur une telle question et d’engager un débat avec eux. Cette approche originale, ces regards pourront nous surprendre peut-être, mais nous enrichir sûrement et être prolongés dans nos rencontres familiales, éventuellement

  • 11 - Le Parc au XVIIème siècle en France.

Ce thème présente l’origine du Parc français en s’appuyant sur les traités faisant autorité à l’époque. Antoinette Peyre, conférencière, nous fera découvrir l’origine du Parc, sa consistance et l’application de ses principes directeurs, avec des exemples pris dans l’entourage royal et en Ile de France. Elle évoquera également le développement du parc au cours du 17ième siècle, avec l’exemple d’une création en province.

  • 12 – Les émotions du pouvoir : larmes, rires, colères des politiques.

Les larmes de Ségolène Royal, les blagues de François Hollande, les colères de Philippe Seguin, les indignations de Jean-Luc Mélenchon... Les personnalités politiques laissent de plus en plus souvent transparaître des émotions intenses, comme si le temps de la retenue et du sang-froid à toute épreuve était révolu. Comme si nous attendions désormais des gouvernants qu’ils expriment les mêmes émotions que nous, comme si la communauté des citoyens était devenue avant tout une communauté émotionnelle.

Gouverner c’est pleurer ?

  • 13 - L’Algérie et la construction de son roman national.

Soixante ans après les accords d'Évian, les affrontements mémoriels entre la France et l'Algérie sont toujours virulents. Pour mieux les comprendre, il faut analyser le récit national algérien depuis l'indépendance. Ce dernier a d'abord décrit la "nuit coloniale" et la guerre de libération menée au nom de l'Islam et de l'Arabité. Aujourd'hui, il s’ouvre à de nouveaux chapitres concernant le passé berbère du pays, ses siècles de romanité et sa période ottomane, parfois même sa préhistoire. Et même dans ces cas, la polémique est toujours à fleur d'Histoire.

            Découvrir ce récit, c'est mieux saisir l'Algérie d'aujourd'hui, ses tensions internes et le difficile dialogue avec l'ancienne puissance coloniale.

  • 14 - L’Eglise et les pouvoirs.

Aujourd’hui, en France, au nom d'une certaine conception de la laïcité, nous avons pris l'habitude de considérer que la religion ne peut et ne doit s'exprimer qu'exclusivement dans le domaine privé. La foi, pensons-nous, se cantonne et ne se vit que dans des lieux bien spécifiques : églises, synagogues, mosquées... Mais, peut-on véritablement séparer la foi des autres sphères de la vie courante ? Suivre une voie spirituelle engage l'être tout entier et l'ignorer c'est se condamner non seulement à ne pas comprendre le monde qui nous entoure, mais à se voiler la face ! Les Eglises chrétiennes, dans un passé pas si lointain, agissaient dans le domaine politique, éthique, sociale ; aujourd'hui, des mouvements issus généralement de la mouvance évangélique ou traditionaliste souhaitent se faire entendre dans la sphère politique. L'Islam entend régir toutes les sphères de la vie, de l’hygiène personnelle aux lois, et de l’organisation des sociétés à la vie politique. Foi et politique, croyances et pouvoirs, des sujets récurrents qui ne concernent pas que le seul domaine historique !

  • 15 - Conséquences financières de la crise de la covid et financement de la dette

La crise sanitaire que nous traversons se transforme en crise économique. Selon toute probabilité, le PIB de la France devrait diminuer de 6 à 8% en 2020, et le coût financier de cette crise sanitaire devrait avoisiner les 130 milliards € pour les finances publiques.

Où allons-nous trouver ces sommes, sachant que notre endettement public est déjà très important : 98% de notre PIB, soit 2 380 milliards € ? Qui prête à la France, et dans quelles conditions ? Comment expliquer, par exemple, que jusqu’à cette année, la France, comme d’autres pays, parvenait à emprunter à taux négatifs ? Quel rôle peut jouer la Banque centrale européenne dans ce processus de financement de la dette ?

  • 16 - Comment l’agriculture mayennaise a-t-elle réagi aux différentes révolutions agricoles ?

« Les révolutions agricoles » qui ont suivi l’invention de l’agriculture font à peu près consensus : une dite de l’Antiquité, une seconde du Moyen-Âge puis trois au cours des Temps modernes, la dernière étant en marche sous nos yeux.

On rappellera dans une première partie leurs caractères essentiels et les immenses progrès qu’elles ont engendrés pour l’Humanité. Ensuite on indiquera à partir de sources dispersées et complémentaires, parfois lacunaires, comment l’agriculture du Bas-Maine puis de la Mayenne a suivi, s’est insérée, voire a devancé ces « évolutions révolutionnaires » qui auront profondément changé la face du monde et permis de réduire considérablement famines et disettes.

 

  • 17 - Jacques Cartier

Jacques Cartier est né à Saint-Malo le 23 septembre 1491 et est mort dans cette même ville le 1er septembre 1557 alors qu'une épidémie de peste ravage la ville. Cartier reçut l'ordre de François Ier d’explorer de nouvelles terres et de trouver une nouvelle route vers l’Asie. Au cours de ses trois voyages, 1534, 1535-1536, 1541, il découvrit le fleuve Saint-Laurent et prit possession de ces terres canadiennes au nom de la France. Une déception : point l’or ou les diamants escomptés. La dalle funéraire de Jacques Cartier est toujours visible dans la cathédrale Saint-Vincent de Saint-Malo. Au-delà de l’explorateur, qui était Jacques Cartier ? Pourquoi a-t-il été choisi par François Ier ?  Pourquoi est-il encore si populaire aujourd’hui ? 

 

 

 

Consulter les archives de notre rubrique "Les conférences"