Université du temps libre de Haute MayenneUniversité du temps libre de Haute Mayenne

Université du temps libre de Haute mayenne

FIGURES LIBRES MAYENNAISES

 

Cycle de 4 rencontres, animé par Antoine GLEMAIN, professeur de philosophie, au Grand Nord, le jeudi de 14h à 16 h. Groupe limité à 40 personnes.

ATTENTION : il y a un changement de salle afin d'accueillir toutes les demandes.

Sous réserve d'un nombre suffisant de participants

 

Terre réputée conservatrice, la Mayenne a engendré régulièrement des personnalités singulières, non conformistes, des figures de l'autonomie - cette loi que l'on se donne à soi-même et qui « doit produire l'originalité individuelle et non l'universelle uniformité » (Guyau).

 

9 janvier

Yvonne Beauvais, en religion Mère Yvonne-Aimée de Jésus, a été la supérieure du couvent des Augustines à Malestroit, de 1935 à sa mort « en odeur de sainteté » en 1951. Elle a laissé des carnets intimes et une abondante correspondance où elle témoigne d'une vie mystique intense, marquée par des dons de prémonition, guérison, stigmatisation, xénoglossie, bilocation... qui lui valent une grande popularité, tout en laissant l'Eglise dans la perplexité.

23 janvier

reporté

Alfred Jarry, écrivain, poète, dramaturge et dessinateur, est le créateur du cycle d'Ubu et l'inventeur de la pataphysique, « science des solutions imaginaires ». Personnage « ininventable », selon l'expression de Gide, il ne met aucune distance entre sa vie et ses œuvres et peut à ce titre être considéré comme l'inspirateur radical de toutes les avant-gardes artistiques du XXème siècle.

26 mars

Robert Brault, ouvrier métallurgiste à Nantes, vient à la mort de son père s'établir comme meunier à Aron. Il prêche à partir de 1962 une doctrine apocalyptique dont il précise qu'elle ne constitue pas une nouvelle religion mais une épuration ou une réforme du catholicisme. Il réunit de nombreux adeptes en Mayenne jusqu'à sa mort en 1971.

9 avril

Simone Weil, née dans une famille d'origine juive alsacienne, a suivi des études au hasard des affectations de son père, chirurgien militaire, en partie à Mayenne et à Laval. Brillante philosophe, elle fréquente les milieux révolutionnaires non staliniens et partage la « condition ouvrière ». Elle se convertit à partir de 1936 à « l'amour du Christ » et se considère elle-même comme mystique chrétienne.

Consulter les archives de notre rubrique "Les cours"